Les formes florales des chrysanthèmes

 

 

simple ou marguerite

semi-doubles

alvéolés

incurvés purs

incurvés plats

incurvés-récurvés

récurvés

incurvés duveteux

spatulés

tubulés

Spider

 

 

 

spider à crochets

pompon

 

 

matricaires

 

 

 

Formes florales

 

Présenter une classification sur les chrysanthèmes n’est pas chose facile, compte tenu du nombre de paramètres dont il faut tenir compte et toute classification trouvera aussitôt ses détracteurs. Les diverses classifications actuelles font un amalgame entre la duplicature, la forme des ligules ou le mode de culture. Loin de vouloir remettre en cause ces classifications, le descriptif, ci-dessous, tente de mettre à plat divers éléments qui pourront ensuite s’assembler de nombreuses manières.

Les classifications actuelles ont le désavantage de se focaliser sur des formes types, faisant abstraction de toutes les variantes possibles et imaginables, que peuvent nous présenter les chrysanthèmes.

Un grande part de la difficulté réside dans la manière de nommer les formes de capitules : a quel moment, un capitule double devient-il un pompon ? Comment séparer un capitule simple d’un semi-double ou d’un double ? A quel moment un capitule tubulé devient-il un spider ?

Pour un Chrysanthémiste chinois, le terme de ‘chrysanthème pompon’ correspond à un incurvé chez nous, alors que ce que l’on nomme « Spider » est divisé en quatre catégories au Japon, en fonction du diamètre des ligules.

La versatilité des formes florales, les dates de pincement, la manière de cultiver peuvent induire des différences dans la duplicature du capitule. Une date de pincement trop tardive, sur un cultivar en boule parfaite peut laisser apparaître le cœur, ou transformer une ligule tubulée en ligule plate ou spatulée.

 

Duplicature

Ø      Simples (1/3 rangs de ligules)

Ø      Semi-doubles (>4 rangs de ligules et à cœur apparent)

Ø      Doubles (plusieurs rangs de ligules masquant le cœur.)

Ø      Sans ligules (capitules ne présentant que des fleurons)

 

Taille des capitules

Ø      Très petits         (< 1cm) (Menuet ou Président Osaka, série des Camomilles)

Ø      Petits               (2 à 3cm)

Ø      Moyens             (4 à 9cm)

Ø      Grands              (10 à 19cm)

Ø      Très grands       (> 20cm)

 

Période de floraison

Ø      Très précoce (avant 15/09)  cette race fut développée par les horticulteurs français à la fin du 19e

Ø      Précoce (15/09 - 15/10)       (intro en Europe : 1846/1890) race qui trouva son apogée en France

Ø      Classique (15/10 - 15/11)           

Ø      Tardif (15/11 - 15/12)         (Julie Lagravère)

Ø      Très tardif (après 15/12)             Cv à cultiver sous serre (Enchanteress, Long Island Beauty…)

 

Formes des capitules

La liste ci-après regroupe nombre de formes florales inusitées en France ou même en Occident.

Ø      Alvéolés    (intro en Europe : 1856)

Ø      Brosses

Ø      Croches

Ø      Doubles

Ø      Incurvés

Ø      incurvés bouclés

Ø      incurvés duveteux

Ø      incurvés globuleux

Ø      incurvés plats

Ø      incurvés purs

Ø      incurvés-récurvés

Ø      incurvés-récurvés bouclés

Ø      incurvés-récurvés spatulés

Ø      japonais

Ø      1/2 pompons

Ø      matricaires

Ø      pompons

Ø      pompons nains

Ø      rayonnants

Ø      récurvés

Ø      récurvés-incurvés

Ø      spiders

Ø      tubulés

Ø      non définis

Ø      non ligulés

 

 

 

Ø      Simples

C’est pour nous le type même de la marguerite, autour d’un cœur, appelé disque, se présentent un à trois rangs de fleurs ligulées.

La couleur des fleurs du disque évolue en fonction du degré de maturité et peut être verte, jaune ou brune.

Ce type floral présente une grande variété de formes, en fonction du nombre de ligules, de leur forme ainsi que de leur taille. Les capitules de certains cultivars à fleurs simples peuvent atteindre de grandes dimensions, le cultivar britannique Broadacre, cultivé en uniflore peut atteindre 23cm de diamètre. En Grande-Bretagne, un simple est un chrysanthème qui ne présente pas plus de 5 rangs de ligules.

  

  • Marguerites
  • Ichi-monji
  • Divers

 

 

Ø      Semi-doubles

La structure florale est la même que pour les fleurs simples, seule change le nombre de rangs de ligules qui varie de cinq à plusieurs rangs, en laissant toujours le cœur apparent.

 

 

Ø      Doubles

Cette appellation de double est assez ambiguë dans le langage des Chrysanthémistes car elle représente pour certains toutes les fleurs composées.

On peut cependant définir cette forme florale comme présentant de nombreux rangs de ligule et dont le cœur n’est pas apparent. Ce type floral présente une grande variabilité car cette duplicature dépend tant de l’aptitude variétale  que du mode et de la conduite de la culture.

 

v     Incurvés   

o       Les capitule dont tous les fleurons ligulés se courbent vers le centre, une boule plus ou moins parfaite(intro en Europe : 1789)

v     Récurvés

o       Les ligules se courbent vers la tige, les capitules sont généralement plus plats. Cette forme n’a jamais eu un grand succès en France, les gens leur trouvant un aspect fané. (intro en Europe : 1862)

v     Incurvés-récurvés (Japonais)

  •  
    • cette forme a connu un grand succès en Occident, pour les chrysanthémistes français c’est le chrysanthème japonais par excellence. Les ligules sont plus ou moins plats orientés pour partie vers le centre et pour partie vers l’extérieur donnant un aspect ébouriffé à cette forme.

v     Pompons           (intro en Europe : 1846)

  •  
    • Matricaires (petits pompons de la taille d’une bille)
    • ½ pompons (pompons semi-sphériques à base plate)
    • pompons pleins (pompons sphériques)

v     Brosses (Saga-giku, culture très développée au Japon, cette forme, inconnue en France, n’est apparue que récemment dans les cultures occidentales (USA/UK)

v     Rayonnants cette appellation de rayonnant caractérise les cultivars présentant des ligules tubulés (ex Le Rayonnant Lacroix 1897)

v     Spiders

 

En fonction de l’aspect des ligules

        Si les ligules des chrysanthèmes présentent de très nombreuses variations de taille et de forme, les japonais les divisent en trois catégories principales (plats, spatulés et tubulés)

  • duveteux           (intro en Europe : 1860)
  • spatulés
  • tubulés
  • crochus
  • déchiquetés
  • épais