Chrysanthèmes des jardins

Coréens

Si les rustiques chrysanthèmes coréens sont assez bien connus aujourd’hui, ce n’était pas le cas en 1937, lorsqu’ils furent introduits en Angleterre. Depuis, ils ont su prouver qu’ils pouvaient être un atout, les cultivars étant généralement rustiques et fournissant des masses de couleurs lorsque les chrysanthèmes précoces ont été abimés par le gel. C’était, en fait, le but des initiateurs de ces hybrides coréens, de cultiver des plantes qui fleuriraient plus tardivement que celles cultivées alors.

Ce fut sans aucun doute l’introduction de graines, collectées dans le nord de la Corée, par Mr Harland P. Kelsey qui servit de facteur déclenchant. Ces plantes furent présentées comme Chrysanthemum coreanum Nakai (Chrysanthemum zawadskii), une espèce totalement rustique originaire de Corée et de Sibérie.

Au cours des années 1920-1930, Alexander Cumming (horticulteur à Bristol, Connecticut, Bristol Nurseries) présenta une série de plantes touffues, de qualité, issues du croisement entre l’espèce chrysanthemum coreanum et un chrysanthème pompon ‘Ruth Hatton’. Hautes de 60 à 80 cm. et littéralement couvertes de fleurs voyantes, elles offraient une large gamme de coloris. En 1934, les rustiques hybrides coréens furent diffusés aux Etats Unis. Merss. Wells, les pépiniéristes de Merstham (GB), achetèrent les droits de diffusion pour l’Angleterre et offrirent les premiers cultivars en 1937. Les six cultivars originaux furent : Apollo (rouge bronze), Diana (rose), Ceres (bronze et or), Daphné (rose lilacé), Mars (rouge vineux) et Mercury (saumon). Ceux-ci furent ensuite suivis par de nombreux splendides cultivars aux coloris variés.

Les jeunes plantes doivent être mises en culture fin avril, début mai. Si elles ont suffisamment d’humidité elles prendront rapidement leur place et se ramifieront afin de produire un grand nombre de fleurs à compter du mois d’août.

Bien qu’il ne soit pas essentiel de tuteurer ces plantes, il est parfois utile de mettre en place quelques supports légers afin d’aider les plantes à supporter sans dommage les intempéries. En fonction de l’espace disponible, ces chrysanthèmes seront distancés de 50 à 60cm et plantés dans un sol travaillé en profondeur. Si quelques cultivars ne dépassent guère les 60cm, nombreux sont ceux qui atteignent les 70cm alors que quelque-uns peuvent être de taille supérieure.

Tous produisent une abondance de rameaux et les touffes bien établies peuvent être divisées au printemps.

Mais la manière d’obtenir à bon marché un grand nombre de plantes reste le semis. Un paquet de graines permettant d’obtenir des plantes très variables dont certaines peuvent s’avérer excellentes.

La graine est semée, en février-mars, dans des caissettes remplies de substrat à une température de 10 / 13 °c. la germination est généralement rapide et régulière. Les jeunes plants doivent être repiqués rapidement avant que les plantules ne filent et s’étiolent. Une fois repiqués, veillez à ne pas trop arroser les jeunes plants. Durcir progressivement les jeunes plants avant de les transporter en lieu de floraison. A la même époque, il est intéressant de rempoter quelques pieds sous serre où ils sont toujours appréciés.

S’il n’est pas possible d’obtenir de semis des plantes fidèles en coloris, les possibilités sont illimitées et un grand plaisir pourra être obtenu en hybridant les chrysanthèmes coréens. De plus, il existe toujours une possibilité d’obtenir quelque chose d’entièrement nouveau ou très différent des cultivars existants. C’est une perspective qui rend l’hybridation encore plus excitante.

Nombre de chrysanthèmes coréens d’Otley sont d’excellentes plantes pour la décoration intérieure. Ceux-ci réussissent très bien dans ce cas alors que la culture en plain air fut leur but premier mais les feuillages des plantes cultivées en extérieur ont souvent de plus belles couleurs que ceux des plantes cultivées précédemment, en pots, sous abris.

La meilleure façon de conduire ces plantes est de les rempoter soigneusement en début d’automne, lorsque le bouton floral commence à se colorer. Dans ce but, il convient d’utiliser un contenant de taille convenable pour recevoir les racines sans avoir à réduire le système racinaire. Placer des tessons dans le fond du pot afin de faciliter l’écoulement de l’eau. Maintenir ces plantes à l’abri du soleil après la transplantation sans toutefois les mettre au noir.

Pompons :

‘Denise’

jaune, un des premiers pompons bas apparu après le seconde guerre mondiale

‘Jante Wells’

jaune, plante de petite taille

 

 

 

 

Simples :

‘Apollo’

rouge bronze

‘Daphne'

rose lilacé

 ‘Mars’

rouge vineux

 

 

 

 

 

Coréens nains ou en cousins :

‘Anastasia’ 60cm, pourpre lilacé, vieux cultivar en pompon

  

  

  

Rubellum

L’origine de ce groupe reste entouré de mystère, tant au sujet de ses origines qu’à celui de son introduction en Grande-Bretagne. En 1929, une plante inconnue fit son apparition au jardin de rocaille de Happy Valley à Liandudno (Pays de Galles). Afin de déterminer son identité, des échantillons furent envoyés aux Jardins Botaniques Royaux de Kew en 1933, afin de pouvoir être nommés.

Les autorités botaniques ont suggéré que l’espèce présentée était Chrysanthemum erubescens Stapf., une espèce connue qui était décrite et illustrée dans le « Botanical Magazine ».

Ce fut le nom adopté pour cette « nouvelle » ,plante, qui fut présentée lors de l’exposition de la Royal Horticultural Society qui eut lieu à l’Olympia (Londres) du 25 au 27 septembre 1935. une récompense lui fut attribuée et elle fut décrite comme : « Une belle espèce atteignant 80 cm de haut, portant des fleurs rose pâles comme celles de grands Aster ». l’introduction de cette espèce, puis l’honneur offert par la RHS, lui ont fait quitter son rôle mineur et fut bientôt très demandé.

Messrs. Perry, horticulteurs à Enfield (UK), achetèrent le stock de chrysanthemum erubescens, récoltèrent les graines et effectuèrent de nombreux semis qui présentèrent de multiples variations par rapport au type. Ils ont sélectionné et multiplié les meilleurs de ces semis. Tous avaient l’avantage de posséder la douce senteur du type. Deux cultivars, immédiatement très populaires furent nommés ‘Clara Curtiss’ et ‘Anna Hay’.

‘Clara Curtiss’ possède de petites feuilles très divisées, portées par des tiges rougeâtres. Elle forme une touffe compacte et produit de grandes fleurs pouvant atteindre 6 cm de diamètre, les pétales rose soutenu se détachant bien du cœur jaune.

‘Anna Hay’ est de forme semblable mais les fleurs sont d’un doux rose coquillage et sont de taille supérieure à celles de ‘Clara Curtiss’. Ces deux cultivars produisent de très bons rameaux floraux aptes à fournir des bouquets de fleurs coupées.

Les obtenteurs ont ainsi trouvé une bonne base pour l’hybridation et une gamme très large de nouveaux hybrides fut lancée et commercialisée. Ces hybrides ont fournis une gamme de coloris très utile dans le décor floral. Tous ont conservé les qualités en matière de rusticité, robustesse et d’élégance. Tous possèdent les qualités de la première plante cultivée à Liandudno qui fut l’ancêtre de tous les chrysanthèmes rubellum. Ce fut une découverte rare et précieuse qui pourrait être renouvelée, à force d’observations, afin de découvrir toute autre plante d’exception.

Le chrysanthème rubellum et ses cultivars sont des plantes bien vivaces, mais il est toutefois utile de les régénérer régulièrement. Cela peut se faire aisément par des boutures prélevées sur les pieds mères.

La culture de ces chrysanthèmes est très simple. Ils n’ont pas d’exigences quant à la nature du sol, bien qu’ils préfèrent un sol bien drainant mais non desséché en été. Vivaces, les chrysanthèmes rubellum et leurs hybrides sont également rustiques et continueront à se développer d’année en année en exposition dégagée. Il est ainsi possible de conserver des cultivars fleuris d’août à novembre, qui nous apporterons des masses lumineuses lorsque les autres vivaces sont défleuries.

  Ils n’exigent pas de pincements, ni d’éboutonnage et poussent généralement sans support. Si besoin, quelques rameaux plantés autour des touffes les maintiennent droites, particulièrement en situations dégagées et venteuses.

La saison de plantation s’étend d’avril à mai, les jeunes plantes devront être placées en une zone ensoleillée, bien enterrées et arrosées.

Ils s’établissent rapidement et les jeunes plants prennent rapidement du volume, afin de produire un maximum d’effet la même année.

Les groupes de 3/5 pieds d’un même cultivar donnent le meilleur effet de masse, valorisant feuillages et masses florales, ce qui n’est guère envisageable en isolé.

En dehors de ‘Clara Curtiss’ et ‘Anna Hay’, on trouve de nombreuses plantes de qualité, incluant :

‘Ann Lady Brockett’

rose abricot, très bonne tenue dans l’eau

‘Jessie Cooper’ grandes fleurs brun châtaigne brillant
‘Duchess of Edimburg’

fleurs rouge-velouté luisant, dure plusieurs semaines

‘Prince Charles’

forme de belles plantes, bien proportionnées, couvertes de fleurs vieux-rose

 

‘Princess Margareth’

rose orchidée

‘Wild Honey’ mélange de rose pêche et de corail
‘Vagabond Prince’

rose cyclamen virant au mauve

 

‘Red Enseign’

rouge indien, Cœur jaune brillant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les chrysanthèmes rubellum hybrides forment de très bonnes plantes pour la serre et les intérieurs. Il est également possible de multiplier les chrysanthèmes rubellum par boutures de racines ou par semis, cependant les semis produisent rarement des fleurs identiques à celles des parents. En revanche, il est possible d’y découvrir des nouveautés intéressantes.