anniversaire

20 ans, billet d'humeur

Qui en 1990 aurai cru que ce Conservatoire National du Chrysanthème - Paul Lemaire - Saint Jean de Braye, fêterait un jour ses 20 ans ?

Cet anniversaire, même imparfait, a eu lieu et c’est déjà un événement en soi. Je tiens avant toute chose, à remercier, toutes les personnes qui ont participé de près ou de loin à cette manifestation. Cette manifestation n’aurai pu avoir lieu sans la participation de la ville, des services techniques et des jardiniers du service espace vert. Un grand bravo au personnel de la médiathèque qui a su dans des délais très courts réaliser une exposition de très belle facture. Un grand merci à l’Association AFIJAN, pour le prêt des belles pièces exposées à la médiathèque. Mes remerciements et mes félicitation sont aussi pour les élèves et les enseignants de l’ITEP et du Lycée Gaudier Breska. Je veux également remercier les associations présentes : la SHOL, la SFC et les cheminots philatélistes. Et bien sur je souhaite remercier tous les membres du Conservatoire qui ont œuvré pour la préparation, le montage, les permanences et le démontage.

S’il faut avoir quelques regrets, ils sont dans le manque d’esprit d’ouverture, rencontré lors de la préparation de cet événement local, et dans les petits et grands loupés (invitations tardives des villes, communication tardive, oublis et erreurs dans les invitations,…)

Il est dommage que les villes de l’agglomération n’est pu être présentes pour exposer, Il est toujours plus agréable de fêter un anniversaire avec de nombreux amis.

Parallèlement, Le but premier d’une association n’est il pas d’échanger ?

Dans notre cas, à quoi cela sert-il de conserver des chrysanthèmes s’ils ne sont pas cultivés pour être vu du plus grand nombre ?

20 ans, c’est peu et c’est également beaucoup, notamment pour une culture horticole où bon nombre de cultivars ne durent pas 5 ans. Cet anniversaire est le moment de se poser quelques questions.

Quels sont nos points forts ?

Où en sommes nous dans les différents domaines suivants ?

  • Fond variétal
  • Conservation
  • Conduites de cultures
  • Formation
  • Communication

 Réfléchissons également aux buts de ce conservatoire, à un reprise des conventions devenues obsolètes, aux statuts qui pourraient être dépoussiérés. Certes, il reste énormément à faire mais pour cela faut il tout démolir ? La tentation semble grande pour certains.

En l’état actuel, l’entité CNC (comme l'hydre à 2 têtes) n’est viable que grâce aux deux entités qui la compose. A quoi sert une collection sans communication et à quoi sert l’association sans la collection ?

Comment développer des projets plus importants, si nous ne sommes pas capable ou si nous n’avons pas la volonté de présenter une manifestation anniversaire digne de l’événement.

 Certes le chrysanthème n’est pas dans notre pays un sujet porteur, le nombre d’obtenteur diminue dramatiquement, les ventes de chrysanthèmes sont en chute. Le milieu associatif peine également, trois associations assurent la promotion du chrysanthème, mais quelle est leur représentativité ?

La SFC, société centenaire, peine à conserver sa centaine d’adhérents, le cercle des amateurs de chrysanthème revendique 140 adhérents et le Conservatoire une bonne centaine. Cela représente environ 300 amateurs, certains étant multicartes.

Dans cet environnement, Le CNC a un vrai rôle à jouer. La base de la demande est la formation aux techniques de cultures. Préparer les amateurs aux cultures simples puis les former à des cultures plus techniques (cascades, uniflores) est une très bonne chose. C’est même à développer.

Mais cette formation doit également se faire en interne, au sein même du Centre Technique Municipal où se trouve le fond variétal. Après 20 années d’expériences et d’essais, il faut maintenant développer une culture de qualité avec un personnel sérieux, compétent et passionné. Pour cela il faut des rôles clairement définis, des plannings de culture et de fertilisation clairs et un suivi phytosanitaire rigoureux.

Ce n’est qu’à ces conditions que nous pourrons préparer l’avenir et envisager des projets de développement.

Eté indien

L'été nous quitte peu à peu et l'automne force notre porte. Nos chers chrysanthèmes vont avoir leur heure de gloire, après un été chaotique où les gros épisodes pluvieux ont parfois favorisé les maladies. 

rouille blanche Attention, la rouille blanche ce fléau redouté par tous les chrysanthemistes se propage très rapidement du fait des conditions climatique actuelles. Les premiers signes sont l'apparition de taches vert pâle à la face supérieure des feuilles, sur la face inférieure, de petits pustules jaunâtres qui grossissent, déchirent l'épiderme et évoluent vers une couleur blanche.

La diminution sensible de la luminosité et la fraîcheur matinale devrait favoriser des floraisons précoces. Dommage, les expositions : 20e anniversaire du Conservatoire National du Chrysanthème et les Floralies de Pau auront lieu tard en saison (renseignements dans l'agenda).

Ayant délaissé professionnellement le chrysanthème, pour d'autres cultures toutes aussi passionnantes (roses, Iris, Clématites...) cette chronique peine quelque peu à se développer. Vos questions technique ou non, vos remarques ou vos articles restent évidemment les bienvenus.

 

Vive 2010

C'est fait 2009 est terminé, nous attaquons l'année 2010, qui sera pour tous pleine de joie, de chaleur, de réussite et bien sur de chrysanthèmes.

Le Conservatoire fêtera en Novembre son vingtième anniversaire, à nous de célébrer dignement cet événement.

Bonne année 2010 à toutes et à tous.